J’aime ma ville.De loin.

septembre 11, 2010 § Poster un commentaire

R. et N. n’avaient pas fini leur cocktail d’avocat dans le tumulte de Gemmayze en fin d’après-midi, que N. avoue à R. :

« -Je ne suis plus heureuse à Beyrouth…

-Ah bon?

-Je sens que le temps passe et que je ne fais rien de beau. J’aime bien ici, mais quand je suis loin …

-T’as eu plein de fois l’occasion de voyager pourquoi tu ne l’as pas fait alors? Arrête t’es juste pas d’humeur et je sens que tu vas me balancer ca a la figure.

-Quoi ?

-Ben ton humeur !

-J’y suis restée parce que je me sentais responsable envers le pays, comme si j’étais l’adulte et que lui était un enfant tumultueux dont il fallait que je prenne soin.

-Et résultat Dr.?

-Et bien j’ai perdu mon temps, il est reste malade, et rien n’a pu le sauver.

-Ca va il se passe des choses bien là non?

-Comme quoi?

R. essaya de résumer a N. toutes ces choses qui selon elle font que la ville vaut la peine d’être vécue… mais entre temps, un camion citerne commença a remplir de l’eau dans l’immeuble juste en face couvrant pendant un quart d’heure le flot de paroles de R.

-Je sens que je n’appartiens plus a cette ville, elle a été vendue je te jure, elle n’a plus d’âme, les seules personnes qui y habitent sont en carton, ils sont blonds et ont des sourires de dentifrice a la menthe.

-Euh… tu parles des dessins qu’il y a sur les murs en carton qui entourent les chantiers?

-Oui, je les déteste, ils m’énervent tant ils me narguent!

-Ca va… ignore-les.

-Ils habitent Paradise Baabdat, Sama Beyrouth (même Demaville y habite, tu connais?), Dream Land Faraya, Dar-el-Helem Dahye, Beit-el-Akhdar Fakra.

-C’est beau non ? Ca fait rêver…

-Je me sens trop pauvre pour être aisée, et trop riche pour être aidée, tu vois le style?

-Il a  mis quoi dans ton cocktail d’avocat le gars? Je vais lui demander.

-Rien, juste du miel.

Silence. Les deux tirent les dernières gouttes d’avocat du verre.

R. rompt le silence, N. n’étant pas d’humeur :

«-on va faire du vélo? C’est beau la nuit…

-ok. »

Et elles allèrent faire du vélo sur la Corniche.

Bien sur elles eurent un doute avant de louer les vélos parce qu’on leur dit qu’il avait un risque que des daraks les arrêtent.

Elles prirent le risque et rien n’est arrivé.

(ffffound.com)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement J’aime ma ville.De loin. à Demaville's Blog.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :