posts en retard, mais pas de fermeture de la direction

avril 6, 2010 § Poster un commentaire

Le temps : a la veille de Pâques, le lieu : Zahle,  une ville traditionnelle chrétienne, l’attitude : débarrassée de toutes mes certitudes qui planent sur les us et coutumes des différentes régions, décidée a jouer le jeu des fervents croyants jouent. L’action : j’assistai dans une ambiance surprenante a un moment exceptionnel: la messe de remise de la flamme.

Le concept est simple, la flamme sacrée part de Jérusalem. Il est dit qu’a l’endroit ou le Christ a ressuscite une flamme jaillit chaque année a la veille de Pâques, 33 bougies s’illuminent, seules, et si vous vous en approchez, rien ne peut vous arriver : pas une brulure, pas une sensation de chaleur. Une lueur, sacrée, inépuisable pendant 33 minutes. Les prêtres arrivent avec une solennité qui brise la glace et allument une bougie sacrée, celle qui fera le voyage dans les pays Chrétiens de l’environ. Et il est dit que du moment que cette bougie est allumée, et mise dans une boite transparente en verre, rien ne l’éteint, ni un avion, ni un train. Elle fait le tour des églises de tout le Moyen –Orient sans s’éteindre a aucun moment. C’est la flamme sacrée venant tout droit de Jérusalem.

En face des prêtres et des croyants,  des soldats Israéliens vêtus de leurs costumes, fumant des cigarettes, des jeunes boyscouts de l’armée, armes, qui entourent, étouffent, regardent, scrutent, emmerdent, les gens qui viennent assister a la beauté de ce moment. Ils rappellent que Jérusalem est une ville occupée jusqu’au moindre recoin, et que le concept de liberté est loin d’être respecte.

Je me retrouve alors, malgré mes certitudes sur cette légende suspecte, remplie d’illusion, avec des gens qui attendent a des kilomètres de la ville sainte, la flamme qui va arriver tout droit de Jérusalem. L’idée est que les gens de la ville, du village ou cette flamme débarque ramènent leur propres bougie qu’ils doivent allumer de la bougie -mère, et la mission est de la ramener a la maison, et la laisser allumer, pour que tout le monde puisse en profiter.

Et soudain je suis prise d’un élan de solidarité avec ces femmes, ces hommes, ces enfants tenant les bougies comme s’ils tenaient à leur vie, attendant le cœur vaillant et l’impatience au coin de l’œil cette flamme. « We could be heroes ! » Nous allons sauver les peuples les plus démunis, sauver une terre déchirée depuis des siècles, montrer aux Israéliens qu’on est capable de résister à leurs gestes provocateurs, nous allons récupérer tous ces oliviers, orangers, casser le mur de la honte. Je me dirige d’un pas majestueux vers cette flamme dansante, allume ma bougie, et marche avec la lenteur des anciens vers la maison, l’antre ou la bougie restera allumée pour toujours.

Mission accomplie, la bougie arrive saine et sauve, et j’ai l’impression d’avoir sauve des vies, une terre, et un avenir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement posts en retard, mais pas de fermeture de la direction à Demaville's Blog.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :