Restons!

décembre 18, 2009 § 2 Commentaires

En faisant le ménage de printemps dans mon ordinateur je suis tombee sur ce  texte que mon amie la M. m’avait envoyee la semaine ou je quittais le Liban pour aller voir ailleurs. C’etait en Septembre 2004, et je me preparais a prendre l’avion outre-atlantique pour tenter un autre style de vie.

Ca m’a touche de le relire et j’ai envie de le partager avec vous. Il faut dire aussi que c’est un texte estival qui sent bon les jours longs et empreint d’une langueur qui fait du bien aux neuronnes. Et comme c’est l’hiver, la cigale a decide,  pour changer, d’enregistrer ses chansons l’ete pour pouvoir les remettre en boucle a la fourmi en hiver :_)

“Pour les premières amandes vertes que l’on croque, trempées de sel, et qui sonnent le glas de l’hiver,
Pour l’arbuste du balcon que l’on croyait mort et qui refleurit
inexplicablement en décembre.

Pour le grincement familier de la balançoire sur laquelle on
s’assoupit, enivrés de soleil, dans le chant des cigales,

Pour les klaxons « sauvages » d’un mariage d’été qui nous
précipite pourtant tous au balcon pour voir si la mariée est belle (et cet été elle l’était :_)

Pour ces nuit arrosees ou on aime et ou on danse jusqu’aux premieres lueurs du jour.

Pour la bonne vieille » knefe » qu’on avale vite avant de se retrouver a la plage.

Pour ces tribus de parents qui attendent à l’aéroport le retour au pays de l’enfant prodige, et qui arrivent toujours beaucoup trop tôt,

Pour cette vieille mémé qu’on a refusé de mettre à l’asile malgré
l’appartement de Beyrouth trop étroit, et que son fils continue
d’embrasser chaque soir,

Pour cette femme voilée qui fait, au mois de mai, le pèlerinage  de
Harissa.

Pour le jeune policier du carrefour qui fait semblant de
rêver  quand on traverse un feu rouge.

Pour le « Ya hala “claironnant du steward qui nous accueille sur l’avion de Beyrouth.
Pour cet automobiliste souriant en trois pièces cravate qui, un soir de Nouvel An très pluvieux, vous change votre pneu, sans vous
rien demander
Pour ce soleil lumineux de janvier qui nous fait douter que la
tempête terrifiante de tout à l’heure ait vraiment eu lieu,
Pour la voix si triste de Feyrouz qui réveille en nous une âme
enfouie de villageoise d’opérette,

Pour l’odeur de la « mankouché » du matin qui est bien plus qu’une
galette au thym, comme la traduit bêtement le dictionnaire,

Pour ces cerises de juin si noires qu’elles colorent de violet  les
langues des enfants,
Pour les soirs de juin sur la terrasse, pour la vigne de  septembre
qui finit par nous offrir une grappe, pour les gardénias de mai,
Pour l’odeur mouillée de la terre après la première pluie,
Pour ne pas avoir froid, pour ne pas avoir peur, pour ne pas  vivre seul,
Pour tout cela restons au Liban”

Ecrit par Nada Chaoul

Mais ce texte peut etre re- adapte aussi, pourquoi il faut partir. Sinon on n’a qu’une version de l’histoire…Chacun la sienne…Et pour ceux qui sont surs de la leur tant mieux!

§ 2 réponses à Restons!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Restons! à Demaville's Blog.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :